Montage d’une OC bidisicplinaire « Art visuel » et « Informatique »

Montage d’une OC bidisicplinaire « Art visuel » et « Informatique »

Impression 3D / PO / ACCESII / 2017-2018


Responsables du projet : MM. B. Emery et S. Lauper / Mail : bertrand.emery(at)edu.ge.ch – stephane.lauper(at)edu.ge.ch

L’association des arts visuels et de l’informatique, que l’on retrouve dans la CFAO (Conception et Fabrication Assistées par Ordinateur) est réalisée dans le nouveau cours d’Option Complémentaire proposés au collège Calvin à la rentrée 2017.

Durant cette année, nous avons cherché à mettre en place des solutions techniques et
l’enseignement conjoint de ces deux disciplines, à travers la fabrication de plusieurs objets
artistiques. En particulier, nous avons abordé la faisabilité de réalisation en 2D et en 2,5D avec les moyens alloués par l’école et les partenariats possibles.

Dans le domaine de la CFAO, il y a de très nombreux et très bons logiciels professionnels.
Cependant pour l’apprentissage de la pensée computationel, un logiciel trop « performant » est contre-productif. Pratiquement tous nos élèves sont des usagés régulier de smartphone, mais cela n’en fait pas pour autant des programmeurs. Car en effet, l’utilisation du logiciel n’implique pas forcément la compréhension du/des processus sous-jacent(s), même si dans la tête d’une majorité d’élèves, utiliser un logiciel c’est faire de l’informatique. Choisis initialement car ils respectaient les contraintes informatiques de notre établissement (Linux, logiciels gratuits), ces logiciels « imparfaits » se trouvent finalement être une force dans la compréhension du processus global de CFAO. En effet, aucun logiciel utilisé ne fait « parfaitement » l’ensemble du workflow CFAO (contrairement à un logiciel professionnel). Cela nous force à entrer parfois dans le code pour « corriger/adapter » les fichiers issus de ces différents logiciels afin de continuer le processus global de fabrication (p.ex. retouche du gcode exporté depuis Inkscape) ou simplement d’optimiser le résultat obtenu (p.ex le logiciel Slicer for Fusion 360 n’optimise pas la surface à disposition pour la découpe). Le côté réflexif (pensée computationnelle) est alors mis en avant (95% des élèves trouvent que la CAO nécessite des efforts de réflexion – Q15) et ce va et vient favorise la compréhension général de la CFAO (pour
80% des élèves – Q18).
Le seul point faible, c’est qu’il y a malheureusement des logiciels incontournables pour certains procédés (comme l’interlocking slice du projet 3) qui n’ont pas d’équivalent (abordable facilement avec les élèves) sous Linux et nécessite donc soit d’y renoncer, soit de disposer d’une salle Mac ou Windows pour l’occasion.

Voir l’ensemble du cours

2018-06-29T09:30:23+00:00
République et canton de Genève | DIP connexion