Sous-titrer soi-même un film

LogoMAC
Sous-titrer soi-même un film avec Shutter Encoder
 

Cette solution est adaptée si vous désirez écrire vos propres sous-titres dans une séquence, afin de faciliter la compréhension pour les élèves. Cela peut aller d’une simple numérotation pour repérer des passages (on imagine alors un document avec des questions sur chaque passage) ou alors de paroles traduites dans une autre langue ou encore de descriptions ou commentaires sur les images.

Le sous-titrage va passer par plusieurs étapes:
1) Choix de la fonction “Sous-titre” dans la fenêtre principale de Shutter Encoder.
2) Création des s-t dans une double-fenêtre (film en haut, création de s-t en bas).
3) Choix de graver les s-t dans la vidéo ou de les intégrer sous forme de fichier .srt externe.
4) Puis on revient à la fenêtre principale ou l’on indique les réglages d’export (H264-.mp4) et on démarre la fonction.

 

 

A Glisser le film sur la fenêtre de Shutter Encoder.

B Dans le menu déroulant de la Fonction, choisir “Sous-Titrage” dans la partie du haut (sans conversion).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C Avancer le film jusqu’au premier sous-titre.
D Inscrire le texte dans le champ texte.
E On voit le sous-titre se placer sur la timeline.
On voit le sous-titre se placer sur la vidéo.

G Attraper le bord droit du cadre bleu et l’étirer sur la droite pour rallonger (ou sur la gauche pour raccourcir) la durée d’affichage du sous titre.
Se repérer sur le film pendant l’écartement. Eventuellement bouger le curseur rouge pour vérifier l’affichage du sous-titre.

 

Le curseur a été avancé et un autre sous-titre a été écrit dans le champ texte, créant le 2e sous-titre.
I On peut activer « Italique » et « Gras » en cliquant dessus. Le texte dans la zone H reçoit les attributs italique <i> et gras <b> et sur le sous-titre dans la vidéo, on voit le résultat.
J Pour quitter l’édition de sous-titrage, il faut fermer la fenêtre inférieure à l’aide du bouton rouge de fermeture de fenêtre.


Deux fenêtre de confirmation apparaissent:
La première demande si on veut créer des sous-titres… le but étant que oui, la réponse sera « yes ».

La 2ème donne le choix entre graver ou intégrer un sous-titre: 

Graver: qui se grave (s’incruste) directement dans les images de la vidéo.
Désavantage: On ne peut plus les retirer, ni corriger une faute remarquée après-coup.
Avantage: Cela sauvegarde un seul fichier film (avec les sous-titres incrustés), autre avantage s’il faut donner le film à quelqu’un ou le publier sur un réseau social ou encore s’il doit être publié sur le web (comme ici en fin d’article).

Intégrer« : un fichier externe (au format .srt) est créé, contenant les sous-titres.
Désavantage: Ce fichier doit toujours se trouver à côté du fichier vidéo (dans le même dossier) pour être lu dans le film. Il faut parfois aussi indiquer au lecteur vidéo qu’il faut activer l’affichage des sous-titres.
Avantage: Le film reste vierge de tout sous-titre et on peut créer plusieurs fichiers .srt pour le même film avec, par exemple des sous-titres en plusieurs langues, chaque langue ayant son fichier .srt. Le choix de la langue à afficher se fera dans le lecteur vidéo, qui affichera la liste des sous-titres trouvés. On pourra alors afficher l’une ou l’autre des langues.

Une fois les choix effectués, l’interface de Shutter Encoder s’élargit à nouveau pour montrer les autres options de traitement, si on veut effectuer d’autres conversions.
Dans notre cas, on va juste vérifier qu’on a bien le choix de la fonction : H264 et le format .mp4
L Puis on démarre la fonction

 

Résultat avec les deux sous-titres gravés dans le film: 

 

Références du logiciel

– Configuration scolaire ateliers Mac, dossier « Vidéo –> Outils avancés »
– Accessible par le Dock
– Editeur Shutter Encoder : https://www.shutterencoder.com/fr/

République et canton de Genève | DIP connexion