Twitter, les archivistes et le milliardaire

Archives’ stacks” par dolescum – CC BY-NC-SA 2.0, image modifiée par l’auteur

Quelqu’un a racheté Twitter récemment et tout ne se passe pas exactement comme sur des roulettes. Fuite des utilisateurs, fuites des annonceurs, fuite des collaboratrices et collaborateurs. Le risque de faillite est agité, il est semble-t-il réel.
Des voix s’élèvent aujourd’hui pour s’inquiéter du dommage majeur que constituerait une hypothétique disparition de Twitter pour les sciences sociales d’aujourd’hui comme pour les historiennes et historiens du futur. Cela pourrait engendrer la perte d’un corpus incontournable du débat public de notre époque. Sera-t-il possible d’écrire l’histoire des mouvements sociaux de notre temps sans recourir à cette source? Pas davantage qu’il ne serait envisageable d’étudier un quelconque phénomène des Trente glorieuses sans les archives de presse, radio et télévision.

Lire la suite

Des influenceurs en culotte courte

A l’occasion de sa sortie en livre de poche, nous vous recommandons la lecture du dernier roman de Delphine de Vigan, Les enfants sont rois. Celui-ci met un coup de projecteur sur le phénomène des enfants stars des réseaux sociaux. A l’âge de 4, 6 ou 8 ans, certains d’entre eux ont en effet déjà atteint le statut souvent envié (à tort ou à raison) d’« influenceurs ».

Lire la suite

Instagram: la foire aux vanités

Si vous n’avez pas encore vu ce passionnant documentaire d’Olivier Lemaire (ARTE, 2022), vous pouvez encore vous rattraper sur YouTube.

En un peu moins d’une heure et demi, Lemaire retrace l’histoire d’Instagram, depuis sa création en 2010 jusqu’à aujourd’hui, en passant par son rachat, pour la bagatelle de 1 milliard de dollars, par Facebook en 2012. Puis il s’intéresse aux effets, bien souvent délétères, de ce réseau social qui pousse à la mise en scène permanente de soi – de son corps, de son assiette, de son mode de vie ou de ses vacances – et enferme en particulier les jeunes gens dans des représentations ultra-formatées et irréalistes du monde qui les entoure. Avec le coût que l’on sait sur leur santé physique et mentale.

Un peu de lecture?

Si ce dernier aspect vous intéresse, le Wall Street Journal a publié en septembre 2021 une enquête exhaustive qui montre que non seulement Facebook savait depuis quelque temps qu'Instagram avait un effet néfaste sur la santé mentale des adolescentes, mais que cela n'a nullement empêché l'entreprise de poursuivre le développement d'Instagram Kids, un réseau social destiné spécialement aux moins de 13 ans. Celui-ci a, entre-temps, été mis sur pause.

Vous pouvez également lire, en libre accès et en français, cet article du Monde qui en propose une synthèse édifiante.

Photo: capture d'écran recadrée du documentaire.

République et canton de Genève | DIP connexion