“On en Parle” sur les Tablettes Numériques

L’émission “On en Parle” de la Radio Télévision Suisse parle des tablettes numériques à l’école: projets-pilotes, le point sur la situations actuelle, perspectives d’avenir… un bref survol de quelques questions intéressantes en lien avec la tablette en classe.

A écouter ici

Un peu moins récent, mais tout aussi intéressant, un autre épisode de “On en Parle” présente la rentrée de l’iPad à l’école.

A écouter ici

“Générations numériques: des enfants mutants ?” (dossier)

Capture d’écran 2014-03-28 à 16.51.21

“Ils jouent sur des tablettes dès l’âge de deux ans. Très tôt, ils savent manier les smartphones mieux que les parents…..Serions-nous confrontés à des enfants mutants ? Internet change-t-il le cerveau et les manières d’apprendre?…”

Ce numéro spécial du Magazine Sciences Humaines (N0 252S Oct/Nov 2013) consacre un dossier complet autour de cette problématique à travers quatre articles:

  • L’avènement de l’Homo numericus
  • Virtuel psychique et virtuel numérique
  • Les écrans changent-ils le cerveau ?
  • Ecole et numérique: de quoi parle-t-on ?

Pour lire l’ensemble des articles, c’est par ici: “Des enfants mutants?”

 

“En classe avec leur tablette” (article)

Capture d’écran 2014-03-28 à 16.40.32

Le Collège privé Ardévaz à Sion intègre les nouvelles technologies dans les salles de classe. Qu’en est-il? La tablette est-elle vraiment le “couteau suisse” de l’élève en classe? Quelle démarche, pour quelle valeur ajoutée ?…. et au détriment de quoi? Bref tour d’horizon de la question.

L’école Ardevaz de Sion utilise la messagerie WhatsApp pour communiquer avec élèves et enseignants

LIB-école privée.jpg

Un enseignant qui libère ses cours à la dernière minute… Un changement de salle de cours impromptu… Comment informer élèves et enseignants?

On connaissait les panneaux d’affichages dans les écoles, les coups de téléphones matinaux, ou encore les e-mails de dernière minute.

L’école Ardevaz de Sion se distingue des autres établissements de par son utilisation de la messagerie WhatsApp pour informer enseignants et élèves des changements de dernière minute.

Le journal 20 Minutes, dans son édition du 11 novembre 2013, consacre un petit article à ce sujet, à lire ici.

Après lecture, quelques réflexions en vrac:

  • Un enseignant affirme que le système l’aide à mieux préparer ses cours: peut-être que si moi aussi je commençais à préparer mes cours le matin même, un tel système s’avérerait utile…
  • Une élève explique que ce système est source de solidarité entre élèves: mais est-ce le système instauré par l’école qui favorise la solidarité ou plutôt l’utilisation de l’application (hors du cadre à strictement parler de l’école et entre élèves) qui la favorise?
  • Enfin, il semblerait que ce qui a motivé l’école pour mettre en place un tel système serait l’inefficacité de l’e-mail comme moyen de communication… Vous ne savez/voulez/pouvez pas lire vos e-mails? Pas de soucis, on va  vous envoyer des SMS. Vous ne savez/pouvez pas faire vos devoirs? Pas de problème, on va vous donner des jeux à faire à la place…
  • Si la majorité des élèves possède un smartphone, qu’en est-il de la minorité qui n’en possède pas? Bien que le concept du BYOD (Bring your own device = apportez vos appareils personnels) présente souvent une option intéressante pour palier à certains manquements de matériel dans les écoles (en demandant aux élèves d’utiliser les smartphones, tablettes qu’ils possèdent), cela ne va pas sans problèmes. On pense notamment aux questions d’équité face aux élèves qui n’en possèdent pas et aux questions éthiques qui en débouchent…

Radio: le GYB, un gymnase très branché

gyb

Depuis la rentrée 2013, le gymnase de la Broye a proposé à tous ses élèves de venir en classe, s’ils le souhaitaient avec ordinateur portable, tablette et consœurs. L’établissement se veut ainsi, selon ses dires, plus efficace…

Mais qu’en est-il réellement?

Un reportage de la RTS tente de faire le tour de la question, disponible ici.

 

Article du Monde: “Avec le numérique, le professeur doit se réinventer”

le professeur reinvente

Avec la présence toujours plus marquée des technologies numériques dans nos salles de classe, de nombreuses questions se posent:

  • N’est-on pas en train de se tirer une balle dans le pied en ouvrant une boite de pandore qui verra la disparition de l’enseignant au profit de la machine?
  • Est-il souhaitable que l’enseignant passe d’une posture de possesseur du savoir à celle de médiateur?
  • Ne risque-t-on pas de créer des yeux rectangulaires aux jeunes générations en leur imposant des écrans à l’école quand on sait que ces derniers passent déjà trop d’heures de loisirs devant l’écran?
  • Est-ce que nos facultés cognitives et notre rapport à l’apprentissage ne risquent pas d’être radicalement chamboulées par l’arrivée du numérique?
  • Est-ce que l’Ecole doit s’adapter aux changements drastiques de la société en formant les élèves avec des outils actuels ou doit-elle au contraire se positionner comme un bastion de résistance face à un courant fort?

Loin de vouloir (et de pouvoir!!!) répondre ici à toutes ces questions, nous vous invitons à nourrir quelques-unes de vos réflexions avec article du Monde, paru le 25 octobre, sur la nouvelle place de l’enseignant dans l’ère du numérique.

République et canton de Genève | DIP connexion