Projection du film ET LES MISTRALS GAGNANTS

Le distributeur Pathé-Film, les Scala et le SEM Formation offrent 90 places aux enseignant-e-s  pour la projection du film ET LES MISTRALS GAGNANTS (79 mn, vo en français). Celle-ci aura lieu le

mercredi 26 avril 2017 à 13:30 aux cinémas des Scala (23, rue des Eaux-Vives)Photo Charles

Les invitations (une par personne, exclusivement pour les enseignant-e-s du DIP) sont à réserver par courriel auprès de marc.houvet@edu.ge.ch . Une confirmation leur sera envoyée le 25 avril.

Ils ont entre six et neuf ans. La réalisatrice a choisi de suivre ces enfants tous atteints de maladies douloureuses non pour filmer leur pathologie mais leur capacité à en parler, à vivre heureux malgré tout. Tout courageux qu’ils sont, ils restent des enfants avec leurs craintes mais surtout leur capacité de vivre l’instant présent avec cette intensité tant oubliée lorsqu’on devient adulte. Sans voyeurisme ni pathos. La caméra est à bonne distance, à hauteur de vue des enfants et ne capte rien d’autre que leurs rêves, leurs plaisirs simples, leur joie de vivre, spontanée et sincère. La vie d’enfants à part entière. La chanson de Renaud vient à propos souligner « qu’il faut aimer la vie et l’aimer même si le temps est assassin ».Et comme le dit la réalisatrice, *une belle vie ne se mesure pas au nombre d’années ». Un magnifique hymne à la vie.

Et les Mistrals gagnants, Anne-Dauphine Julliand, France, 1h19. A l’affiche dès le 3 mai 2017.

Projection du film NOCES

Une avant-première spéciale du film NOCES pour les enseignant-e-s
90 places offertes !noces-poster-de-fr-it

Le distributeur Frénétic-Films, les Scala et le SEM Formation offrent 90 places aux enseignant-e-s  pour la projection du film NOCES (97 mn, vo en français et en ourdou, admis dès 12 ans). Celle-ci aura lieu le

mercredi 5 avril 2017 à 13:15 aux cinémas des Scala (23, rue des Eaux-Vives)

Les invitations (une par personne, exclusivement pour les enseignant-e-s du DIP) sont à réserver par courriel auprès de marc.houvet@edu.ge.ch .

Stephan Streker définit son film comme une tragédie grecque. « Parce que, comme dans une tragédie grecque, c’est la situation qui est monstrueuse, pas les personnages. Les liens qui unissent les membres de la famille sont des liens d’amour sincère. Et pourtant, tout le monde est écartelé. A commencer évidemment par Zahira entre ses  aspirations à une liberté légitime et son maour pour sa famille dont les membres se trouvent êre aussi ses gôliers. Jean Renoir disait qu’il n’y avait pas de méchants dans ses films parce que chacun a toujours ses raisons. » Inspiré réellement d’un fait réel survenu à Charleroi, ce film superbe relève davantage des mythes et des archétypes qui nourrissent notre imaginaire, plutôt qu’un témoignage tragique sur les mariages forcés des jeunes filles immigrées.

Noces, Stephen Streker, Belgique/Pakistan, 1h37. A l’affiche dès le 19 avril 2017.

Bande-annonce, dossier de presse sur le site du distributeur

Le site pédagogique du film

République et canton de Genève | DIP connexion