FILMAR en América latina _ 2020

Cliquez ici pour le programme du festival FILMAR (dès le 5 novembre)

Cliquez ici pour le programme_pedagogique_FILMAR_2020

Cliquez ici pour retrouver la sélection FILMARcito en ligne sur la Plattform (avec votre login edu, puis chercher FILMAR)

Cliquez ici pour l’offre Ecole et Culture avec FILMAR

Le festival FILMAR en América latina s’associe avec le Service Ecoles-médias pour inviter les enseignant.e.s à  son édition 2020.

La 22ème édition du Festival FILMAR en América latina se déroulera du 20 au 29 novembre. Comme chaque année, projections et rencontres mettront à l’honneur  les cultures d’Amérique centrale et d’Amérique du Sud.

Le SEM et le festival FILMAR proposent plusieurs rendez-vous aux enseignant.e.s autour du thème

« Les conflits, entre le réel et l’imaginaire »

LA TRADITIONNELLE SOIREE POUR LES ENSEIGNANT-E-S:

Le 30 septembre, à 19h, aux Cinémas du Grütli (Rue du Général-Dufour, 16 – 1204 Genève)

Le film: Los Silencios

Genre: fable politique               

Après la disparition de son mari, victime du conflit armé entre les FARC, l’armée et les paramilitaires en Colombie, Amparo, accompagnée de ses deux enfants, vient se réfugier sur une petite île, coin perdu entre Brésil, Pérou et Colombie. Liant habilement rêve éveillé et naturalisme trivial, Beatriz Seigner offre une émouvante réflexion sur le statut de réfugié. Entre réalisme et fantastique.      Trigon

Le programme pédagogique du festival sera aussi dévoilé lors de cette soirée.

Vous êtes prié.e.s de bien vouloir vous inscrire à ecole@filmar.ch

Cliquez ici  pour accéder à une fiche pédagogique sur le film (réalisée par Philippe Leclercq, enseignant et critique de cinéma)

Podcast France Culture (2ème sujet) et Article dans le Monde

 

LA FORMATION CONTINUE: « Les conflits, entre le réel et l’imaginaire »

Cliquez ici pour vous inscrire à cette formation  

PREMIER RENDEZ-VOUS:

Hommage à Sepúlveda

Le samedi 21 novembre à 16h30, au Cinélux (Boulevard Saint-Georges 8 – 1205 Genève)

Projection du film Luis Sepúlveda, l’écrivain du bout du monde, de Sylvie Deleule, France, doc, 52’, vo st fr

Suivie d’une intervention d’ALINE HELG, Historienne, Latino Lab, UNIGE et de CARMEN GÓMEZ, professeure d’espagnol

et d’une verrée offerte par la Librairie Albatros

Luis Sepulveda (par Daniel Mordzinski)

Luis Sepúlveda est né le 4 octobre 1949 à Ovalle, au Chili. Militant des Jeunesses communistes, il fut l’un des gardes du corps de Salvador Allende. Emprisonné en 1973 sous le régime de Pinochet, Luis Sepúlveda est un homme aux plusieurs vies: sandiniste, journaliste, activiste écologique des premières heures, il ne cesse de militer. Il était le plus connu des auteurs latino-américains vivants. Deux titres ont fait sa célébrité mondiale: Le Vieux qui lisait des romans d’amour et une fable pour enfants, Histoire d’une mouette et du chat qui lui apprit à voler, adaptée en dessin animé et à la scène. Dans le cadre de la 22ème édition de FILMAR en América Latina, et afin de commémorer sa perte des suites de la Covid-19 en avril 2020, nous aimerions convier ses lecteur.rice.s à découvrir un portait de lui réalisé dans sa ville adoptive de Gijón. 

Cliquez ici pour plus d’informations sur cette soirée et ses lectures indicatives

 

SECOND RENDEZ-VOUS:

Festival FILMAR en América latina, En partenariat avecle Latino Lab, Université de Genève

Le mardi 24 novembre 2020, à 18h15, à UNIMAIL, salle MR280

Conférence de Carine Chavarochette : « Violence et sortie de la violence dans les communautés indiennes. Le cas du Guatemala. »     

Projection du film Ixcanul-Le Volcan, de Jayro Bustamante, Guatemala, 2015, 91 minutes.                  

Article dans Le Monde

Prix : Ours d’Argent à Berlin, Prix du Meilleur Film à Carthagène et Guadalajara, Grand Prix du festival gantois, Prix d’Interprétation Féminine à Montréal, Prix du Meilleur Long Métrage à Philadelphie, Prix du Public à Toulouse, etc.

Carine Chavarochette est anthropologue et historienne, chercheur associée au Centre de recherche et de documentation sur les Amériques (CREDA), Institut des hautes études de l’Amérique latine (IHEAL) Paris Sorbonne nouvelle.

 Résumé de la conférence : Les populations mayas guatémaltèques : entre violence structurelle et violence ordinaire

Depuis la conquête espagnole du XVIe siècle, le conflit – qu’il soit agraire, religieux, ethnique ou politique – est devenu une caractéristique des relations sociales des populations mayas. La violence de la Conquête ne s’est pas réalisée seulement entre la puissance occupante, les conquistadors et les populations dominées, les Indiens mais entre les conquistadors eux-mêmes ou entre les différents groupes mayas. Ainsi la colonisation espagnole a mis en place des mécanismes de violence structurels (travail obligatoire, distinction ethnique, etc.) qui perdurent (sous des formes différentes ou non) de nos jours, aux côtés d’une violence ordinaire liée aux inégalités sociales ou de genre. Néanmoins face à cette agressivité, des individus et des collectifs s’organisent depuis des siècles pour sortir de cette spirale infernale. Cette présentation reviendra sur quelques exemples emblématiques.

 

Les mesures de sécurité face au Covid seront bien sûr respectées.

République et canton de Genève | DIP connexion