Quelle place pour la création et la pensée créatrice à l’école?

Affiche-Manifeste Ecole&Culture réalisée par deux élèves en graphisme du CFPArts, Alison Da Costa Ramos et Valentina Kaech

La soirée d’Ecole&Culture pour les enseignant.e.s avec les partenaires culturels a eu lieu le jeudi 13 septembre 2018 au sein de La Bâtie-Festival de Genève, une fête commune à l’occasion des rentrées scolaire et culturelle.

Ambiance chaleureuse et salle communale de Plainpalais en effervescence. Une quarantaine d’institutions culturelles, 150 enseignant.e.s.

Quelle place à la création et à la pensée créatrice à l’école ?

Telle était la délicate question sur laquelle les élèves du CFPArts ont réfléchi puis, nourris de ces réflexions, ont créé et  apporté leurs contributions artistiques à la soirée. La coordination a été assurée par la Cie Folldeparole largement soutenue par les enseignant.e.s.

Décor

Un grand rideau déployé depuis le balcon jusqu’au sol et sur lequel sont projetées des créations visuelles // Disséminés dans le grand espace de la salle boisée, des mannequins habillés de modèles de tabliers follement imaginatifs réalisés par des élèves en création vestimentaire. Des tabliers ? Oui, car faire de l’art, c’est aussi une activité, comme celle des travailleurs // Sur la scène lumineuse, deux DJ, majestueux marionnettistes d’ambiance // Peu à peu se déploient les silhouettes des élèves danseuses et danseurs : rythme cérémonial ou exacerbé, avec ou contre les mannequins, dans une gestuelle sophistiquée, seul.e, à deux ou en groupe, non sans revisiter de façon endiablée le « défilé de mode », dans un crescendo des rythmes et des sons. Finalement, on déshabille les mannequins pour se rhabiller, se ré-approprier les vêtements statiques, les rendre vivants sur son corps // Les apports artistiques se nourrissent les uns les autres, se complètent ou se heurtent // Bouquet final avec le défilé des 4 Affiches-Manifestes sur le thème invitant à Dé-construire-manteler-tourner et Re-tourner-prendre-manier… Quand les gestes artistiques subliment.

L’affiche lauréate réalisée par Alison Da Costa Ramos et Valentina Kaech cristallisera tout au long de cette année scolaire le questionnement toujours ouvert des rapports entre la culture, les arts et l’école grâce à son affichage commun dans les lieux culturels et les écoles du DIP.

Les lauréat-e-s de l’Affiche-Manifeste Ecole&Culture 2018 :

1er prix: Alison Da Costa Ramos, Valentina Kaech

2 ème prix: Carla Dufau, Emma Gallo
3 ème prix: Eva Mercurio; Amparo Michel
Prix du jury: Mailys Ravussin; Nola Roby

Aux verbes

Stéphane Dubois-Dit-Bonclaude d’Ecole&Culture comme l’atteste son tablier performatif où l’on apprend que « la culture, c’est  nous ».
Nathalie Tacchella, chorégraphe et vice-directrice du théâtre du Galpon, incarne un questionnement réfléchi mais inquiet sur l’état de la culture et surtout des arts. Elle en appelle à un lien fort entre l’école et la culture, non pas un « & » séparant mais intrinsèquement relié, que les cultures soient artistiques ou relatifs aux savoirs.

Place aux échanges

Les tables sont avancées, la salle s’anime des rencontres entre les représentant.e.s des milieux culturels partenaires d’Ecole&Culture et les enseignant.e.s venus au protéiforme marché des arts pour ‘leurs’ élèves ou leurs collègues, non pour consommer mais bien pour nourrir la formation des élèves.
Ce moment privilégié de rencontre entre les acteurs culturels et scolaires se veut un jalon dans un processus de partenariat constant et de collaborations qui se déploient tout au long de l’année avec l’attention voulue aux besoins, rêves et (im)possibités de toutes les parties.
Au coeur de tout cet engagement : le souci d’intégrer à la formation des jeunes l’accès à la culture, la pensée créatrice, la création, les gestes artistiques, ainsi que la curiosité, l’esprit d’ouverture, la posture critique et réfléchie développés par la fréquentation des arts.

Prises de position d’acteurs culturels invités à prendre position au sujet de la place de la création et de la pensée créatrice à l’école

– Texte de la Compagnie Confiture