Dessins d’élèves façon Pajak. Bluffant!

Des élèves de 2ème année de l’Option spécifique arts du Collège Rousseau accompagné.e.s par leur enseignante d’arts visuels, Mélodie Le Blevennec-Balmat, se sont inspiré.e.s de l’oeuvre de Pajak exposée à la Galerie ligne TREIZE à Carouge.

Voici la consigne donnée aux élèves :

Arrêts sur image(s)

Il y a de ces rencontres qui marquent nos vies. Il y a des parcours biographiques qui entrent en résonance avec notre propre histoire. Il y a des lieux qui nous permettent de renouer avec nos pensées ou qui nous projettent dans la profondeur de souvenirs, parfois douloureux. Partez à la dérive dans vos souvenirs en repensant à des rencontres (inconnus, parents, artistes, auteurs, textes d’écrivains…), à des lieux. Inspirés par les encres de chine de Frédéric Pajak, sélectionnez quatre images, personnelles ou glanées, sans lien évident entre elles pour nous emmener dans une narration ouverte, sans début, sans fin, sans réponse. Ces Arrêts sur image(s) suggèrent des actions possibles, des récits possibles dont la clé ne nous est pas révélée. »

Voici les magnifiques travaux réalisés par les élèves :

Margaret, Regard vers le passé aux Philippines

Rebeca, Le plaisir des petites choses

Silane, Ce sont parfois de simples personnes qui marquent nos vies

Emina, La neige dehors, et l’ambiance chaleureuse et familiale en Bosnie

Nina, Un voyage dans les souvenirs familiaux

Flavie, Des moments de vie à la fois insignifiants et essentiels

Alexia, Parfois la tranquillité se confronte à l’instabilité du monde extérieur

Mélanie, Célébration d’une beauté inatteignable

Myriam, Une journée banale en ville

Garance, Comme dans un rêve

Tamara, Un chemin, spectacle nostalgique de mes souvenirs

Maeva, Fragments de souvenirs personnels

Malika, Récit d’un couple en temps de guerre

Konstantin, Hommage au chanteur Damso

Lire Emily Dickinson, c’est accepter son chaos, c’est-à-dire une écriture chaotique du chaos, puisque c’est précisément par ce chaos restitué que notre propre chaos trouve son ordre caché. C’est dans l’obscurité la plus épaisse que nous voyons enfin clair.

Frédéric Pajak, Manifeste incertain 7, les éditions Noir sur Blanc, 2018 pp. 53-54