Science-fiction et anticipation

La servante écarlate / Margaret Atwood

Dans la République de Gilead, fondée par des fanatiques religieux, la fécondité a chuté drastiquement. Le système mis en place s’est attribué le droit d’utiliser la minorité de femmes encore fertiles en les réduisant à l’état d’esclave sexuelle et de les envoyer à une famille de la haute société désirant un enfant. Defred, dont même son vrai nom a été effacé, est envoyée chez le Commandant et sa femme Serena Joy. Elle leur offre son corps pour procréer puis regagne sa chambre où elle se rappelle les souvenirs de sa vie d’avant, où les femmes avaient le droit de lire, de travailler, de sortir. Evoquer le passé est une chose interdite car le passé est proscrit, inexistant. Elle repense à sa petite fille et à son mari, en se demandant ce qu’ils sont devenus. Elle ne sait à qui se confier, car parler est dangereux. Les Yeux sont partout. A chaque solstice, tout le monde est convié à un événement très important. La mise à mort des traîtres et traîtresses, des fauteurs et de ceux qui ont pris part à un acte criminel (rébellion par exemple). Un doux rappel pour assurer la domination et rassurer la population, endoctrinée ou apeurée, que le gouvernement est là pour les protéger.

Avis personnel:

A l’instar de 1984 de George Orwell, Margaret Atwood nous livre un roman poignant, par moment angoissant car il serait facile de retomber dans les mains d’un pouvoir totalitaire (c’est ce qui est effrayant), et révoltant. Un roman à découvrir.

Disponible dans les bibliothèques suivantes: Aimée-Stitelmann ; André-Chavanne ; CFPT-Bertrand ; De Candolle ; De Saussure ; Henry-Dunant ; Jean-Piaget ; Raymond-Uldry ; Rousseau ; Sismondi

 

 

République et canton de Genève | DIP connexion