Étude Indépendante sous Contrat (EIC)

Cette question a été reprise au D5 et au Conseil de Direction de l’établissement. Sur le principe, les Directions estiment que les dispenses doivent rester exceptionnelles et qu’il est important de rappeler aux élèves l’exigence d’être en classe. Dans ce contexte, j’attire votre attention que l’EIC ne concerne que les cours de langues secondes, à l’exclusion de tous les autres cours, même pour les élèves redoublants qui auraient eu une moyenne supérieure à 5.0. D’entente avec l’enseignant, ils peuvent, soit aider les autres élèves de la classe, soit consacrer le temps de cette leçon à une autre discipline (lecture d’un livre, par exemple), mais ils doivent rester en classe.

De plus :

  • l’EIC n’est valable qu’avec la signature de toutes les personnes concernées ;
  • AUCUNE EIC ne sera accordée avant le retour des vacances d’automne, soit le lundi 28 octobre ; l’élève doit se rendre en classe normalement jusqu’à cette date-là ;
  • en termes de contenu, les exigences des maîtres doivent être respectées par les élèves au bénéfice de l’EIC. Dès lors, si ces derniers ne souhaitent pas faire l’achat des manuels scolaires, ils doivent, à minima, se charger d’en faire des photocopies ;
  • il s’agit d’une étude indépendante, les maîtres qui accordent donc ce type d’aménagements doivent impérativement donner du travail à leurs élèves, travail qui doit être évaluable à des dates fixées au moment de la signature de l’EIC ;
  • l’élève est tenu de faire les travaux annoncés par l’enseignant et doit obtenir la note de 5.0 à ces évaluations, faute de quoi, il réintègre le cours immédiatement ;
  • le contrat peut être rompu à tout moment, à la demande du maître de branche, qui veillera à informer l’élève et le RD du degré du motif invoqué ; le RD se chargeant de rompre l’EIC.
République et canton de Genève | DIP connexion