Paris, Ecole 42


Fin mai, plusieurs membres de la direction et du corps enseignant de notre école se sont rendus à Paris pour visiter la désormais célèbre Ecole 42.

Ce projet portant le chiffre mythique de tout informaticien, 42 : la réponse à La Grande Question sur la vie, l’univers et le reste (Douglas Adams, The Hitchhiker’s Guide To The Galaxy), a été créé il y a maintenant 6 ans par Xavier Niel, qui a décidé de se lancer dans un projet d’école ouverte à tous.

Vu de Genève, ce projet a suscité notre curiosité, ceci d’autant plus que plusieurs de nos étudiants sont partis poursuivre leur cursus à Paris il y a 2 ans.

Nous avons donc organisé une visite du campus 42 ainsi qu’une rencontre avec Zoe, une de nos anciennes diplômées.

Durant la visite de l’établissement, nous avons pu comparer nos pratiques à ce projet assez unique. Nous avons ainsi parlé des processus d’admissions, des évaluations et de l’absence totale de la notion d’enseignants dans leur établissement.

Nous avons également pu comparer nos objectifs de formation, qui se sont avéré très différents.

Notre école est orientée travail en équipe, collaboration et formation d’informaticiens qui sont à l’écoute d’un client, qui savent répondre à un besoin concret et qui peuvent s’intégrer facilement dans une équipe. Dans leur cursus ils voient autant de programmation que de communication, graphisme, réseau, etc. De plus, nous nous efforçons de former nos élèves aux nouvelles technologies selon les besoins du marché tout en gardant des cours d’algorithmie générale qui leur permettent d’avoir de bonnes bases pour facilement s’adapter à d’autres langages. Notre programme est défini selon des normes fédérales, et ensuite, le parcours pédagogique détaillé et créé par des équipes d’enseignants pour chaque domaine, ce qui fait que chacun peut apporter sa pierre à l’édifice.

Du côté de 42, c’est un peu moins interdisciplinaire. Les étudiants se spécialisent dès le départ dans une branche de leur choix (ex. algorithmie, graphisme, etc) et travaillent principalement cette branche durant leur cursus. Ils apprennent principalement à développer en C, qui est un langage bas niveau très formateur mais peu utilisé sur le marché de l’emploi. Le parcours pédagogique est entièrement décidé par une personne qui est responsable de tout le cursus. Une fois la première année terminée, les élèves partent en stage dans une entreprise et doivent à ce moment-là acquérir les autres compétences nécessaires à un informaticien.

Nous avons pu discuter et comparer nos pratiques, voir les pour et les contre de chacune des deux écoles et l’expérience fût vraiment enrichissante.

Nous avons eu du plaisir également à revoir notre ancienne élève Zoe, qui nous a donné le point de vue d’une étudiant de cette école. Nous tenons à remercier l’ecole 42 pour leur accueil et leurs explications détaillées sur leurs pratiques, leur histoire et leur fonctionnement. Nous remercions également Zoe, pour son apport perspicace et son temps, nous avons eu beaucoup de plaisir à la revoir et à passer un moment convivial avec elle.

Etant sur Paris la veille, nous avons profité de l’occasion pour voir une exposition très intéressante sur les Femmes dans l’Informatique, Computer Grrrls dont vous trouverez quelques extraits en image. Nous en avons appris long sur l’histoire méconnue des femmes dans l’informatique grâce à une frise historique décrivant les événements majeurs de l’informatique.

De plus, nous avons organisé une activité de Team Building en participant à un jeu de piste à l’Opéra Garnier, qui nous a permis de résoudre des énigmes en équipe et d’en apprendre un peu plus sur ce magnifique bâtiment au cœur de Paris.

En somme, une mission très formatrice, et l’occasion de débattre des différentes pratiques dans le train du retour. L’année prochaine nous espérons pouvoir visiter d’autres écoles qui sont similaires à la nôtre, que ce soit par le métier enseigné ou par le public cible, nous sommes toujours à la recherche d’ouverture sur le monde de la formation.