Ecole primaire : suggestions pédagogiques pour la dyslexie/dysorthographie

Dernière mise à jour: 10 décembre 2014

En préambule

La liste ci-dessous contient un ensemble de propositions susceptibles de soutenir l’élève dys- dans son apprentissage, et plus généralement l’ensemble des élèves. Relevons néanmoins, que tous les élèves dys- ne présentent pas les mêmes difficultés et que les aides proposées seront plus ou moins efficaces en fonction de leurs profils.

Par conséquent, les propositions ci-dessous doivent donc être sélectionnées en fonction des besoins de chaque individu et l’ensemble des élèves de la classe peuvent bénéficier des mesures pour une élève dys-.

Certains de ces conseils sont plus adaptés à certaines filières et spécialement au 10e degré.

La plupart des propositions ci-dessous font certainement déjà partie intégrante des moyens didactiques mis en œuvre par l’enseignant pendant les cours. Il peut cependant être utile d’en dresser la liste dans la perspective d’une pédagogie différenciée adaptée aux élèves dyslexiques/dysorthographiques qui les aide à développer des stratégies compensatoires.

1.a. Attitude pédagogique

  • L’enseignant garde les traces de tout aménagement pertinent et utile qu’il transmet, partage avec ses collègues, ses remplaçants et les divers intervenants afin de permettre un suivi cohérent de l’accompagnement de l’élève lors d’éventuels changements de classe ou d’établissement scolaire ;
  • valoriser l’élève dans d’autres domaines pour consolider la construction de l’estime de soi et créer un climat de confiance en lui expliquant qu’on va prendre en compte ses difficultés particulières.
  • solliciter le partenariat avec les parents, avec la/le logopédiste ou la/le neuropédiatre ;
  • expliquer en classe, avec le consentement des parents et de l’élève, la signification des aménagements spécifiques dont pourraient bénéficier par ailleurs l’ensemble du groupe ;
    • référence conseillée
      Montarnal Anne-Marie, Le tiroir coincé – Comment expliquer la dyslexie aux enfants, Tom Pousse, Canada, nouvelle édition revue et complétée, avril 2011) ;
  • être patient face à sa lenteur et sa fatigabilité en lecture et en écriture et valoriser même des petits progrès ;
  • rendre l’élève dys- capable d’expliciter sa manière différente d’apprendre, l’encourager à reconnaître ses besoins, ses difficultés et ses points forts ;
  • l’accompagner dans l’identification de ses propres moyens de compensation pour aboutir à une plus grande autonomie dans l’apprentissage de la lecture et de l’orthographe ;
  • dans les petites classes 1P – 3 P, consacrer un temps quotidien planifié au développement des compétences et de la flexibilité catégorielle ;
    • référence conseillée
      Goigoux Roland, Cèbe Sylvie et Paour Jean-Louis, PHONO, Hatier, Paris, 2004 ;
      Goigoux Roland, Cèbe Sylvie et Paour Jean-Louis, CATEGO, Hatier, Paris 2004 ;
  • l’apprentissage d’une seconde langue étrangère est source de difficultés spécifiques pour l’élève qui présente une dyslexie/dysorthographie. L’apprentissage par l’oral et les jeux (mime, mise en situation, jeux de rôle) devraient être privilégiés .

1.b. Organisation de la classe et consignes

  • Placer l’élève loin des fenêtres, au premier rang, proche des documents de référence affichés en classe et proche de l’enseignant ;
  • ne pas faire lire les élèves présentant une dyslexie à haute voix ou seulement des passages préparés ;
  • lire les consignes à voix haute à l’élève et vérifier sa compréhension ;
  • donner un oralement un exemple ;
  • expliquer oralement les devoirs à l’élève et vérifier la compréhension en lui demandant de reformuler ;
  • planifier les tâches et fixer un temps maximum de devoirs. Privilégier la qualité à la quantité ;
  • accorder plus de temps à l’accomplissement des travaux ;
  • diminuer momentanément la quantité de tâches à effectuer ;
  • varier les modes d’évaluation, limiter le nombre de corrections afin d’éviter le découragement ;
  • éviter les consignes trop longues écrites au tableau noir ;
  • privilégier l’information sous plusieurs formes : images, photos, schémas, dessins, écrit pour soutenir la compréhension (http://www.mapping-experts.fr/) ;
  • choisir une police d’écriture adaptée : OpenDyslexic ,Trebuchet MS, Verdana, Arial, Comic sans MS ou Geneva et opter pour de grands formats de caractères (12 ou 14). Utiliser éventuellement les caractères étendus pour l’italique ou des caractères en gras pour mettre en évidence les points importants ;
  • pour les documents remis à l’élève : fractionner le texte, utiliser des interlignes suffisamment grands (1.5) hiérarchiser les informations, et accentuer les repères visuels ;
  • donner des documents de travail dactylographiés plutôt que demander de les copier ;
  • pour les photocopies fournies par l’enseignant, choisir, par exemple, une couleur différente (pastel) associée à chaque discipline pour aider l’élève à mieux se repérer et organiser son travail .

1.c. Outils pédagogiques

  • Mallette « Le portfolio », pouvant servir de guide de soutien aux élèves dys-. Dans cette mallette, on trouve différents supports facilitant la mise en place du travail de l’élève. Elle est disponible dans toutes les salles des maîtres des établissements scolaires du primaire et aussi sur Internet sur le site « Petit Bazar », Chemin à parcourir : Des ressources par disciplines/domaines -> Gestion des apprentissages et de la classe : évaluation -> Dossier d’évaluation ->Démarche portfolio -> Outils pour le portfolio ; (reprendre la photo du document)
  • dans les nouveaux moyens d’enseignement romand pour la didactique du français, on trouve des pistes pédagogiques pertinentes et utiles aux élèves présentant une dyslexie. Dans le présent site, nous nous appuyons sur ce document pour étayer des exemples concrets. Bourdin R. et al., Mon manuel de français ; Livre du maître, ed. Retz, Paris, 2010 ;
  • ouvrages de référence conseillés
    • Goigoux Roland, Cèbe Sylvie et Paour Jean-Louis, PHONO, Hatier, Paris, 2004 ;
    • Goigoux Roland, Cèbe Sylvie et Paour Jean-Louis, CATEGO, Hatier, Paris 2004 ;
    • Cèbe Sylvie, Goigoux Roland, et Paour Jean-Louis, IMAGIER, maternelle et CP : 240 cartes à découper, Hatier, Paris, 2004 ;
    • Cèbe Sylvie et Goigoux Roland, LECTOR & LECTRIX : apprendre à comprendre les textes narratifs, Livre + 1 CD ROM, Retz, 2009 ;
    • Pourchet, M. & Zorman, M, Fluence en lecture, Editions la CIgale, Grnoble, 2008

 

1.d. Suggestions pour la dyslexie (conseils en lecture) :

  • Sensibiliser l’élève aux perceptions auditives, visuelles, tactiles et kinesthésiques ;
  • associer différentes modalités perceptives : sons et graphisme, sons et images visuelles ;
  • exercer la conscience phonologique syllabique et surtout phonémique ;
  • favoriser les jeux de rimes, les découpages de mots en syllabes , puis les syllabes en phonèmes et les phrases en mots ;
  • développer la visualisation et la mémorisation orthographique ;
    • références conseillées ;
      Vianin Pierre, L’aide stratégique aux élèves en difficulté scolaire, coll. ;
      pratiques pédagogiques, De Boeck, Bruxelles, 2009, p. 285 ;
      Caron Jaqueline, Comment mémoriser l’orthographe des mots ? ;
      version illustrée adaptée sur un document de / « Quand revient septembre… »,Chenelière, 2000 .

Avant la lecture :

  • Choisir des textes à thème familier ;
  • contextualiser la lecture et situer le genre narratif ;
  • planifier une lecture à domicile en fragmentant celle-ci en plusieurs séances quotidiennes ;
  • mettre à disposition le livre sonore correspondant à la lecture en classe ;
    • bibliothèque sonore romande ;
    • référence : livres enregistrés sur cassette disponibles au Service d’Éducation aux Médias (SEM) ;
  • encourager l’élève à choisir des livres dont le texte est aéré et illustré, lui lire quelques passages, lui permettre d’écouter des histoires enregistrées sur cassette ;
  • raconter, selon la difficulté du texte, le canevas de l’histoire à l’élève avant qu’il se lance dans la lecture ;
  • pour les documents fournis par l’enseignant-e destinés à être lus par l’élève, veiller à présenter un texte de manière aérée .

 

Sources documentaires

  • Internet sur le site « Petit Bazar », chemin à parcourir : Des ressources par disciplines/domaines -> Gestion des apprentissages et de la classe : évaluation -> Dossier d’évaluation ->Démarche portfolio -> Outils pour le portfolio.
  • Le guide de lecture est construit avec les élèves. Guide de lecture : FC-027- guide de lecture-plein.odt (lien internet Petit Bazar à créer, question technique d’accès direct à clarifier, avec le SEM).

 

Pendant la lecture :

  • Lire l’amorce du texte pour aider l’élève « à planter le décor » et situer le genre textuel ;
  • mettre en gras, souligner ou surligner les mots clés, porteurs de sens ;
  • fournir des exemples ou définitions à l’élève, pour les mots inconnus (par exemple en donnant des synonymes ou antonymes) ;
  • favoriser l’accès aux livres abondamment illustrés, où l’on retrouve les mêmes personnages (principe de l’album et du feuilleton) ;
  • utiliser des méthodes graphiques et schématiques pour garder les traces de la lecture (l’encourager à faire les illustrations d’un livre, par exemple) ;
  • encourager l’élève à repérer et à verbaliser à l’enseignant les passages qui posent problème ;
  • encourager l’élève à se représenter le texte « en images ou en film » ;
    • références conseillées ; Cèbe Sylvie et Goigoux Roland, LECTOR & LECTRIX : apprendre à comprendre les textes narratifs, Livre + 1 CD ROM, Retz, 2009.
  • conseiller aux élèves -dys des ouvrages adaptés à leurs difficultés ;

Il existe des livres conçus spécialement pour enfants dyslexiques parmi lesquels nous pouvons citer les auteurs suivants : Katia Wolek, Anne Sorin, Stéphane Sénégas, Martin Winckler, etc ;

Grammaticos Eleni et Klees Marianne (textes), Noterdaem Adrien (dessin), Dyslexie, où est la différence ? bande dessinée, éd. IPEJ, 2000 ; Série Smoll pour le travail sur les sons.

1.e. Suggestions pour la dysorthographie (conseils en rédaction) :

  • travailler la mémoire orthographique ;
    • référence conseillée Vianin Pierre, L’aide stratégique aux élèves en difficulté scolaire, coll. Pratiques pédagogiques, De Boeck, Bruxelles, 2009, p. 285. ;
  • donner des corrections immédiates, afin que l’élève mémorise la notion correcte ;
  • relever, en surlignant, les réalisations orthographiques correctes plutôt que les erreurs ;
  • comptabiliser les mots correctement écrits ;
  • exercer la copie différée (en l’absence du modèle) ;
  • s’assurer que l’élève comprenne bien le genre textuel qu’il est appelé à rédiger et les exigences liées à une telle rédaction ;
  • dissocier le temps de la rédaction et celui de la correction orthographique ;
  • cibler, lors d’une dictée préparée, le/les passage/s à apprendre ;
  • conseiller à l’élève lors de la dictée, de laisser un blanc ou de mettre un signe en cas de doute. Ce moyen lui évitera de prendre du retard et le guidera dans les priorités lors de la relecture ;
  • favoriser la dictée à trous ;
  • favoriser les QCM, maximum trois mots à choix ;
  • limiter le nombre de mots à apprendre, s’en tenir au lexique courant et aux mots liés à la thématique abordée ;
  • épeler les mots et entraîner la segmentation d’une suite de lettres (mots collés à segmenter, etc.) ;
  • rechercher des analogies dans les familles de mots ;
  • créer avec l’élève un guide de production textuelle (texte qui raconte, qui relate, qui argumente, qui transmet des savoirs, qui règle des comportements, etc.) ;
  • faire un plan visuel de rédaction (couleurs, schémas, symboles, etc.) lié à la typologie du texte. (cf. référence à la vidéo Dyslexia)
  • inciter l’élève à élaborer un lexique personnalisé lié au thème ;
  • encourager l’usage d’un correcteur orthographique, d’un dictionnaire électronique ou d’un traitement de texte (pour le cycle 2) ;
  • adapter d’une façon individuelle le dictionnaire à l’aide de post-it, couleurs, codes ;
  • illustrer les mots nouveaux par une mise en évidence de la particularité des mots, avec des couleurs par exemple : « Dessiner pour apprendre l’orthographe » ;
  • le guide de production est construit avec les élèves. Guide de production interactif : FC-034- guide de production pour écrire un conte.odt
  • le guide orthographique est construit avec les élèves. Guide orthographique : FS-007- je construis mon guide ortho DE.odt .
  • une grille de correction orthographique peut être réalisée avec les élèves .
  • Bourdin R. et al., Mon manuel de français ; Livre du maître, édition Retz, Paris, 2010
    • Pour la 5P (Harmos), Bourdin R. et al., op. cit., p.11. ;
    • Pour la 6P (Harmos), Bourdin R. et al., op. cit., p.13. ;
    • Pour la 7P (Harmos), Bourdin R. et al., op. cit., p.12. ;
    • Pour la 8P (Harmos), Bourdin R. et al., op. cit., p.12.