Education physique individualisée (EPI)

Dernière mise à jour: 15 mars 2018

Grâce à l’impulsion de deux enseignantes d’éducation physique appuyées par le Service Santé de l’Enfance et de la Jeunesse du Département de l’Instruction Publique à Genève, l’EPI a été crée en 2008 pour répondre à un réel besoin. En effet, nombre d’élèves au bénéfice d’un certificat médical ou en situation de surcharge pondérale sévère ou encore à mobilité réduite se voyaient totalement interdits d’éducation physique alors que leur état de santé pouvait leur permettre de pratiquer certaines activités.

Lorsque l’on connait l’importance de la régularité de la pratique sportive en termes de bien-être personnel et de santé, l’EPI apporte une réponse concrète et adaptée aux élèves, aux maîtres d’éducation physique et aux médecins.

L’éducation physique individualisée est donc destinée aux élèves qui sont en arrêt de sport et qui ne peuvent suivre le cours d’éducation physique en commun. Ces cours ont pour objectif de prendre en considération toute limitation que pourrait présenter l’élève et de créer un programme personnel d’activités physiques et sportives adaptées afin qu’il entretienne son capital santé. Le but étant aussi qu’il puisse dès sa guérison le cas échéant, réintégrer le cours en commun avec ses camarades de classe.

Dans les établissements du secondaire II qui ont instauré l’EPI, les élèves au bénéfice d’un certificat médical participent automatiquement au cours d’EPI. Par conséquent il n’est plus possible de dispenser complètement un élève de sport, sauf dans de rares cas graves. L’élève est évalué lors de chaque cours d’EPI. La moyenne de ces évaluations est intégrée à la moyenne d’éducation physique.

Les jeunes gens et les jeunes filles avec des problèmes de poids sévères, sur recommandation de leur médecin, par le biais d’une attestation médicale, sont aussi concernés.

Cette démarche vise à protéger la santé des jeunes, et d’assurer une certaine équité entre les élèves. Elle contribue également à aider les médecins lors de l’évaluation d’une incapacité d’éducation physique, leur donnant une alternative crédible, si nécessaire. Précisons que les cours d’EPI ne remplacent en aucun cas la physiothérapie, ils peuvent être cependant un bon complément.

À long terme, l’EPI contribue à responsabiliser les élèves, en travaillant sur les divers aspects liés à la motivation et aux bénéfices qu’ils peuvent tirer d’une activité physique régulière. L’EPI leur permet aussi de devenir des citoyens acteurs de leur santé en enseignant les moyens d’y parvenir et les raisons de continuer à faire du sport avec plaisir tout au long de leur vie d’adulte.