Les enseignant·e·s du primaire demandent davantage d'équipements informatiques

Mardi, 4 Septembre, 2018

Les enseignant·e·s du primaire souhaitent davantage d'équipements numériques en classe. Ainsi, 63 % demandent un tableau blanc interactif, 58 % un lot de tablettes numériques, 53 % du Wi-Fi. Globalement, seul·e·s 46 % se déclarent satisfait·e·s des outils et services informatiques actuellement à leur disposition. Mais lorsque l'équipement est là, tout va pour le mieux: 87 % de celles et ceux qui, par exemple, bénéficient d'un lot de tablettes en classe ont coché la case «satisfait·e» ou «très satisfait·e».

Il s'agit sans doute des principaux enseignements de la consultation réalisée par le SEM en février-mars sur l'utilisation des technologies numériques dans l'enseignement primaire, ordinaire et spécialisé, du Département de l'instruction publique, de la formation et de la jeunesse. Les commentaires libres en fin de consultation renforcent l'impression. Un résultat d'autant plus crédible que la participation dépasse les 26 % et est parfaitement représentative de la population enseignante au primaire.

Deux autres éléments corroborent cet important marqueur du sondage. Le premier concerne les facteurs qui, aux yeux des enseignant·e·s, constituent un frein à l'usage des technologies numériques en classe: pour 81 %, c'est un équipement informatique insuffisant. Le second a logiquement trait au fait qu'une part très importante de ce personnel enseignant déclare utiliser du matériel privé dans le cadre professionnel: 79 % un smartphone, 71 % un ordinateur portable, 60 % un appareil photo, pour ce qui concerne les éléments dépassant les 50 %.

Bref, les enseignant·e·s ne craignent pas l'usage des nouvelles technologies: 99 % d'entre eux les utilisent pour préparer les leçons et 76 % pour les donner en classe. Selon une écrasante majorité, le numérique permet de diversifier les pratiques pédagogiques, rend les leçons plus attractives, facilite l'apprentissage, favorise une meilleure scolarisation des élèves en situation de handicap.

Si deux tiers des personnes consultées affirment être au bénéfice d'une maîtrise suffisante ou largement suffisante des technologies, une sur deux estime avoir besoin de formation continue dans les domaines des réalisations médiatiques ou pour l'utilisation de pédagogies MITIC dans leurs disciplines. En cas de difficulté face au numérique, le premier recours demeure un·e collègue pour 80 % des sondés.

Une petite bizarrerie enfin: un peu plus du quart des enseignant·e·s déclare ne pas avoir au moins un PC disponible pour les élèves, quand bien même toutes les classes en sont équipées. Dans ce cas-là, l'ordinateur apparaît donc réservé au seul usage du maître ou de la maîtresse de classe.

Fichier attachéTaille
PDF icon Les résultats détaillés439.57 Ko