Cycle orientation

Colombières

Le cycle d’orientation est un lieu d’apprentissage et de formation où l’on attend des élèves qu’ils puissent mobiliser le meilleur de toutes leurs capacités par un travail régulier et un comportement respectueux adapté à la vie scolaire, tant avec les enseignant-e-s qu’avec leurs camarades.

Le comportement des élèves fait l’objet d’une évaluation continue, notamment par l’intermédiaire du carnet de l’élève. Des moments sont également consacrés à ces aspects dans le cadre de la Maîtrise de classe à travers les différentes thématiques de la formation générale.
Un bilan certificatif du comportement de l’élève figure dans le bulletin scolaire.

Harcèlement

Le harcèlement se définit comme une forme de violence constituée d’actes agressifs intentionnels – caractérisés par la répétition et l’abus systématique de pouvoir – perpétrés par un individu ou un groupe d’individus à l’encontre d’une victime qui ne peut se défendre seule.

Le cyber harcèlement est une forme de harcèlement exercée via les médias numériques.

La lutte contre le harcèlement entre pairs à l’école est une priorité pour le DIP. À ce titre, un protocole d’intervention global est en place dans l’ensemble des établissements afin d’assurer une prise en charge cohérente des situations de harcèlement.
En cas de soupçon de harcèlement, les parents sont invités à s’adresser en premier lieu aux enseignant-e-s titulaires.
Les équipes médico-psycho-sociales du cycle d'orientation sont aussi à disposition. Les cas de harcèlement sont systématiquement signalés aux directions d’établissement, lesquelles sont garantes de leur traitement.


Des informations complémentaires se trouvent sur :
Lien harcèlement scolaire
Lien abus ou harcèlement sur un élève par un enseignant ou responsable jeunesse

L’ensemble de ce dispositif de lutte contre le harcèlement entre pairs à l’école obligatoire est supervisé, au niveau de la Direction générale de l’enseignement obligatoire, par le service du suivi de l’élève SSE@etat.ge.ch

Maltraitance

La maltraitance prend de multiples aspects. Elle n'est pas forcément liée à la violence physique qui se manifeste par des coups et des blessures. Les menaces ou les humiliations répétées sont aussi des formes de maltraitance. De même que le harcèlement et les abus sexuels.

Les équipes de direction, les enseignants et les infirmières et infirmiers, les éducatrices et éducateurs, les conseillères sociales et les conseillers sociaux, ainsi que les psychologues sont à votre disposition au sein des établissements scolaires. Il existe aussi de nombreuses personnes à qui s'adresser pour chercher de l'aide hors de l'établissement scolaire. Le site de l'Etat de Genève comporte les informations à disposition des élèves et de leurs parents https://www.ge.ch/qui-m-adresser-si-quelqu-me-traite-mal-si-je-me-sens-danger

Les outils numériques très présents au quotidien (téléphones, tablettes, ordinateurs, objets connectés, etc.) permettent de communiquer, de collaborer, de s’informer ou d’informer, et de créer du texte, des images et du son. Les possibilités offertes par ces outils s’inscrivent dans le cadre légal. Les enfants dès l’âge de 10 ans et leurs parents sont responsables de tout usage inapproprié ou illégal des outils numériques.

On rappellera qu’il est interdit de :

• porter atteinte à l’image et à la personnalité d’autrui : images et sons captés sans l’autorisation explicite des personnes concernées, injures, diffamation, rumeurs, cyber-harcèlement ;
• véhiculer des contenus inappropriés : images pornographiques, violentes, etc. ;
• violer le droit d’auteur : plagiat, piratage de vidéos, de musiques ou de logiciels ;
• commettre des actes délictueux : racisme, usurpation d’identité, désinformation ;
• inciter à des comportements à risque : défis dangereux, vol, suicide, etc.

Cadre scolaire

L’usage des outils numériques à l’école s’inscrit dans le cadre d’activités pédagogiques, qui répondent à des objectifs du Plan d’études romand (PER). Leur utilisation est accompagnée d’une prévention des risques liés au numérique, notamment au travers d’outils de sensibilisation (www.ge.ch/lc/pn) proposés par la direction générale de l’enseignement obligatoire (DGEO) et par le service écoles-médias (SEM). Au sein des établissements, l’accès à internet (par le Wi-Fi ou le réseau câblé) repose sur une infrastructure sécurisée et filtrée, destinée à protéger les élèves de toute exposition à des contenus inappropriés, en particulier violents ou à caractère sexuel.

Les ressources numériques (fiches pédagogiques, sons, vidéos...) mises à disposition des élèves ne doivent être partagées sous aucun prétexte en dehors du périmètre de la classe. Lorsque des leçons sont données en visioconférence, il est interdit d’enregistrer,

de filmer, de photographier ou de faire des captures d’écran, ainsi que d’en diffuser le contenu sur quelque support que ce soit et à qui que ce soit.

Cadre privé

Il est essentiel que les parents s’intéressent aux activités scolaires et personnelles de leurs enfants sur internet, afin de s’assurer qu’ils ne sont ni victimes ni à l’origine de comportements illégaux. En cas de besoin, les parents peuvent recourir à des logiciels qui rendent certains contenus inaccessibles aux enfants.
 

Utilisation d'appareils électroniques privés

Durant l’horaire scolaire, y compris les temps de récréation, l’usage de tout support électronique privé est interdit dans le périmètre scolaire (bâtiments scolaires et préau), sous réserve de l’autorisation formelle de l’enseignant-e dans le cadre d’activités pédagogiques. Les supports électroniques privés doivent ainsi être éteints et rangés.
Il n’est dès lors pas possible de joindre les élèves au moyen de l’un ou l’autre de ces supports durant l’horaire scolaire. En cas d’urgence, les parents téléphonent au secrétariat du collège. En dehors de l’horaire scolaire, y compris pendant la pause de midi, des modalités locales sont définies dans chaque collège.

En cas de non-respect des règles d’utilisation des supports électroniques privés, des sanctions peuvent être prises par les directions de collège. De surcroît, le support électronique privé peut être confisqué jusqu’à la fin de l’horaire scolaire de la journée.
 

Réseaux sociaux

Depuis l'entrée en vigueur en 2018 du Règlement général de l'UE sur la protection des données, l’utilisation de Whatsapp est réservée aux jeunes âgés de 16 ans révolus. Pour tous les autres réseaux sociaux, l'âge d'admission est variable, mais dans tous les cas supérieur à 13 ans révolus.

L’usage de ces réseaux nécessite en outre de prendre des précautions particulières. Il est ainsi vivement conseillé de ne publier que des informations qui peuvent être vues de tous, quelles que soient les restrictions de confidentialité appliquées. Un comportement particulièrement prudent s’impose lors de tout contact avec des tiers dont on ne connaît pas l’identité de façon certaine ou pour toutes les transactions financières.

 

Le passage au cycle d’orientation signifie pour les élèves l’acquisition progressive d’une plus grande autonomie et de nouvelles responsabilités.

Ainsi, alors qu'à l'école primaire les déplacements pour les activités scolaires se font systématiquement sous la surveillance des enseignant-e-s, il n'est pas rare qu’au cycle d'orientation les élèves doivent se rendre par leurs propres moyens (transports publics recommandés) aux lieux indiqués, par exemple pour visiter un musée.

Les enseignant-e-s donnent toujours des informations claires sur les modalités d’une sortie (précisions quant au lieu de rendez-vous et de libération). Il est important qu'un jeune apprenne à se déplacer seul sur le territoire du canton, même si pour les premières expériences, les élèves pourront être encouragés à se déplacer à plusieurs.

 

Certains collèges ont un réfectoire qui fonctionne à la condition qu’un nombre minimal d’élèves y soit inscrit. Dans d’autres bâtiments, des possibilités d’accueil dans l’école ou dans des locaux du quartier permettent aux élèves d’y manger. Les familles se renseignent directement auprès du secrétariat de l’établissement.

Chaque établissement est doté d’une médiathèque proposant un large éventail de supports d’information : livres, périodiques, dossiers de presse, DVD, documentation relative à l’information et à l'orientation scolaire et professionnelle. Des ordinateurs permettent aux élèves de consulter des ressources multimédias ou des sites Internet en lien avec leurs activités pédagogiques. 

TPG

Les élèves peuvent se rendre à l’école au moyen des transports publics ordinaires ou de courses scolaires spéciales. Dans tous les cas, ils doivent posséder un titre de transport valable. Sous la responsabilité de leurs parents durant ces transports, ils veillent à adopter un comportement adéquat et respectueux, tant des autres usagers que du matériel. En cas d’infraction, des poursuites peuvent être engagées.

Les horaires et itinéraires des bus spéciaux sont à disposition au secrétariat des collèges.
Allez sur le site des TPG

Le lien entre les familles et l’école joue un rôle important dans la réussite scolaire des élèves. Un contact étroit entre le cycle d’orientation et la famille est encouragé. Ce contact peut être entretenu de plusieurs manières :

  • réunions de parents ;
  • entretiens individuels (parents-enseignant-e-s, parents-direction, parents-conseill-ers-ères) ;
  • lettres et circulaires ;
  • instances participatives ou autres modalités formalisées de partenariat.

Pour favoriser les échanges entre l’école et ses partenaires, chaque établissement met en place une instance participative.
Cette dernière est composée de différents membres représentatifs de la communauté scolaire, des associations des parents, des collectivités locales ou d’autres partenaires.
Les parents ont la possibilité de s’engager dans les associations de parents d’élèves ou d’intégrer ces instances. La Fédération des associations de parents d’élèves de l’enseignement obligatoire (FAPEO) fédère une majorité d’entre elles.
Afin d'encourager la participation citoyenne des jeunes, des conseils des élèves sont également mis en place dans chaque établissement, en lien avec le conseil de la jeunesse instauré par la nouvelle loi sur l'enfance et la jeunesse.